Le phénomène Passe-Partout !

Passe-Partout

J’ai 42 ans… je suis une enfant de l’émission culte « Passe-Partout ».  J’ai acheté les coffrets quand j’ai eu mes deux garçons… ils les ont écoutés, mais pas aussi religieusement que moi.  L’époque avait changé, les enfants aussi.  Et voilà que Passe-Partout revient, plus multiculturelle, plus technologique, plus centrée sur la réalité des enfants d’aujourd’hui.

Les enfants d’hier à ceux d’aujourd’hui

Déjà, dans la version de mon enfance, le personnage incarné par Passe-Partout stimulait le volet affectif : elle parlait de ses émotions, les démontrait et questionnait les enfants. Passe-Montagne, lui, stimulait le langage en jouant avec les mots et les sons.  Passe-Carreau, quant à elle, stimulait la motricité par des exercices, des étirements et en nommant les parties du corps.  Quand on y pense, même si je n’en avais pas conscience comme petite fille, ces 3 personnages me parlaient du Programme éducatif du Ministère, ainsi que de Gazelle et Potiron… même si ces ouvrages n’existaient pas encore!  Wow!  Serait-ce à dire que, dans le fond, les enfants ont toujours eu le même besoin d’être stimulés dans toutes les sphères de leur développement?  On dirait bien hein!?

S’adapter

Malgré tout, cette émission culte vient de relever le défi de s’adapter aux enfants d’aujourd’hui.  Bien que leurs besoins de développement soient les mêmes, reste que la façon d’y parvenir diffère.  Fardoche est issu d’une minorité visible.  Cannelle ne nous montre plus une photo-papier de son Biscuit perdu, mais bien une image sur sa tablette électronique.  Oui, il a fallu s’ajuster à la réalité des enfants d’aujourd’hui afin qu’ils se reconnaissent.  Mais à la base, la stimulation des 5 sphères de développement reste la même… il n’y a que le chemin pour s’y rendre qui se modifie avec le temps.

Évoluer

Nos services de garde, tout comme l’émission Passe-Partout, doivent suivre l’évolution des enfants s’ils veulent remplir adéquatement leur mission éducative (et non pas leur mission de garde uniquement).  Il faut donc s’assurer d’accrocher à la vue des enfants des images de personnes issus de différentes nationalités et des gens handicapés, parce que c’est ce qu’ils rencontrent dans leur réalité quotidienne.  Montrons-leur des images et des vidéos sur des tablettes électroniques ou à l’aide d’un ordinateur de sujets dont ils posent des questions : « on mange des aubergines pour dîner et voici à quoi ça ressemble avant d’être cuit… Avez-vous déjà vu des palmiers les amis ?… Savez-vous ce qui se passe durant une tempête de sable dans le désert ? »

Offrons-leur de vieux cellulaires dans le coin des jeux de rôle, mais n’oublions pas de leur montrer à quoi ressemblaient nos téléphones à roulette ! Il y a sûrement un parent ou un grand-parent qui sera fier de vous en prêter un pour la journée.  Laissez les enfants tenter de comprendre le fonctionnement avant de leur expliquer : stimulation cognitive en action, n’oubliez pas !!!

Être éducatrice à la petite enfance, c’est un peu comme le métier d’informaticien : l’ordinateur n’est pas encore sorti de la boîte qu’il est déjà périmé!  Ben oui… L’informaticien doit constamment se tenir à jour sur les nouvelles composantes de son métier.  L’éducatrice doit également se tenir à jour en observant les enfants, tout en se questionnant à savoir si l’environnement dans lequel ils évoluent est à l’image de la société qui les entoure.  Mais plus encore, elle doit revoir ses interventions et intentions éducatives pour les mettre à jour, à la lumière des besoins des enfants.  Parce qu’il y a 20 ou 30 ans, les enfants pouvaient demeurer assis pendant 30 minutes pour bricoler alors qu’aujourd’hui, c’est plus difficile… et c’est tant mieux parce que les études montrent qu’ils ont besoin de bouger davantage pour favoriser la bonne santé.

Quand on dédit notre vie professionnelle aux enfants, il est de notre devoir de ne jamais rester ancrée dans nos habitudes confortables.  Il faut évoluer avec eux, pour eux…

Mélanie Coulombe
Cible Petite Enfance

Lectures intéressantes :

Commentaires