Motivation, Valorisation, Espoir : vous en reste-t-il encore en tant qu’éducatrice?

pas-toujours-facile-comme-profession

Si je réfléchis à tout ce que j’ai lu dans les journaux et sur le Web ces temps-ci concernant la profession d’éducatrice, j’avoue que je ne retiens pas grand-chose de positif.  On parle de salaire, de manque de reconnaissance, de pénurie de main-d’œuvre, de manque de places, de contexte de travail difficile depuis la Covid, de fermeture de groupes, voire même d’installations, de burnout, de stress…  Alouette!  Ce n’est pas surprenant qu’il n’y ait pas de foule qui cogne à nos portes pour travailler dans le domaine de la petite enfance.

Dans quel état d’esprit êtes-vous quand vous vous levez le matin?  Sentez-vous que vous partez à la guerre?  Avez-vous l’impression que vous faites du temps, une journée à la fois, dans l’espoir que les choses s’améliorent.  Vous sentez-vous toujours sur la corde raide, en déséquilibre?  Trouvez-vous que votre batterie psychologique et émotive est trop souvent dans le rouge, même lorsque branchée toute la nuit?

Si oui, voici ma proposition, déclinée en quelques étapes.  Écoutez-la bien parce qu’au fond, qu’avez-vous à perdre? 😊

  • Questionnez-vous sur la motivation et la fierté que vous ressentez lorsque vous êtes en présence d’enfants, lorsque vous mettez en place des actions éducatives qui ont permis à un enfant de débloquer un nœud qui l’empêchait de se développer au maximum de son potentiel. S’il vous reste encore une once de motivation et de fierté à l’évocation de ce genre de souvenir, alors la flamme est encore là.  Déjà, c’est un bon début!
  • Ravivez cette flamme en la nourrissant du meilleur carburant : les enfants eux-mêmes! Arrêtez toutes vos tâches 10 minutes, assoyez-vous sur une chaise en retrait des enfants et observez-les : regardez-les interagir entre eux, se chamailler, voyez comment ils jouent, se parlent seuls, regardez-les se déplacer dans leur local, tomber, se relever, tentez d’apercevoir les émotions sur leur visage, sentez l’empathie monter en vous.  Si vous vous sentez énergisée après ces 10 minutes d’arrêt, alors poursuivez la démarche.
  • Vous venez de passer 10 minutes en tant que témoin de la beauté de la petite enfance : pourquoi ne pas vous y plonger maintenant?  Prenez 20 minutes maintenant pour vous asseoir par terre avec les enfants cette fois. Entrez dans leur monde.  Questionnez-les pour en savoir plus sur leur façon de jouer, de penser, de créer.  Participez à leur monde en oubliant qui vous êtes (et en oubliant le balai que vous n’avez pas passé encore… Ben oui… 😊).  Si après ces 20 minutes, vous sentez que vous en auriez pris plus, alors bravo, vous venez de comprendre où se situe votre réelle motivation professionnelle.  Sur cette belle constatation, allez passer le balai parce que, bien, il y a des obligations dans la vie! Zut de zut! 😊
  • Forte de vos observations pour mieux connaître votre clientèle, vous savez maintenant comment vous y prendre pour l’amener plus loin dans son développement. Vous doutez un petit brin?  Ça se peut.  Si c’est le cas, augmenter vos savoirs sur le développement de l’enfant en lisant sur Internet ou en suivant de la formation sur le sujet au lieu de préparer une grosse activité pour les enfants.  N’oubliez jamais que ces derniers se montreront très heureux de vous savoir « toute là » avec eux dans une optique développementale.
  • Les jours passeront, le lien d’attachement sera plus fort entre vous et les enfants : c’est normal parce que vous êtes « drett su’l piton » quand vient le temps de répondre aux besoins développementaux de chacun de vos petits. Vous avez acquis des savoirs qui vous permettent de vous montrer plus outillée lors de crises et de défis comportementaux.  Vous ne dites plus : « J’ai perdu le contrôle de mon groupe! »  À la place, vous déclarez : « Je surfe sur la grosse vague quand elle arrive et je n’ai plus peur de me noyer comme avant! »  Quel progrès! Bravo!
  • Vous passez le balai, encore… mais les enfants vous aident. Ah, ce n’est pas parfait comme résultat visuel, mais le résultat éducatif est plus que « su’a coche ».  Oh oui, vous êtes une vraie professionnelle qui a réussi à mettre l’enfant au cœur de vos priorités.

Bon.  Ce ne sera pas tout le temps parfait comme ça.  Le monde des licornes n’existe pas encore ça a l’air!  Il arrivera une épidémie de gastro dans votre service de garde.  Il y aura un enfant en attente d’un diagnostic et envers qui vous vous sentirez moins adéquate.  Vous vivrez un problème personnel qui jettera à terre toutes vos énergies.  On vous appellera encore gardienne au lieu d’éducatrice.  Vous entendrez peut-être même une petite voix dans votre tête qui vous dira : « Pourquoi je fais tout ça, dans ces conditions de m&?*% ? »

Quand ça vous arrivera, arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire et vivez le moment présent avec vos petits agents de motivation : assoyez-vous et prenez 10 minutes, puis 20… Le balai peut attendre et la petite voix dans votre tête se taira.

Vous voulez poursuivre votre réflexion?  Visionnez les capsules suivantes sur la plateforme de Cible Petite Enfance :

  • 3A : Diminuer nos tâches et augmenter la qualité de nos services : c’est le monde à l’envers!
  • 5A : Motivation : quand tu fais des « up and down »
  • 8B : Dossier éducatif et zone proximale de développement… des alliés
  • 13A : Le lien d’attachement… de quoi parle-t-on réellement?
  • 13B : Le lien d’attachement… pour s’assurer d’être significative
  • 14H : Le processus de l’intervention éducative… à notre rescousse!

Mélanie Coulombe
Cible Petite Enfance

Commentaires