Nutrition

sucre

Le sucre : ce nutriment au dos plus large que celui de la cuillère

Le sucre nourrit les discussions et les débats depuis déjà un bon petit moment : le sucre c’est le diable… mais non, c’est le carburant numéro 1 pour le corps… on doit réduire au maximum sa consommation… mais le bon sucre dans les fruits… il est aussi addictif que la cocaïne… mais c’est de la bonne nourriture pour le microbiote… Woah! Minute là. Explorons ensemble ce nutriment et la place qu’il peut prendre dans le paysage alimentaire des enfants. Le sucre et toutes ses (mauvaises) intentions On n’y va pas avec le dos de la cuillère quand on parle des effets du sucre sur la santé. On choisit des mots qui frappent et qui font peur : diabète, cancer, Alzheimer, trouble de l’attention et d’hyperactivité, autisme et obésité pour ne nommer que ceux-là. Ce qu’on oublie, c’est que le sucre ne s’est jamais levé un matin en se disant : « c’est aujourd’hui que je commence à faire du trouble! » À la base, le sucre n’est rien d’autre qu’une source d’énergie, du gaz dans la machine, qui permet aux enfants de grandir, de bouger (juste assez!), de développer leur cerveau… bref, de vivre. C’est ça, la seule et véritable intention du sucre. On oublie aussi…

601118206

Le guide alimentaire Canadien a changé… conséquences pour les éducatrices !

L’ancien guide alimentaire Canadien avait plus de 10 ans… et c’est beaucoup dans une société comme la nôtre qui bouge et évolue rapidement.  Le nouveau est sorti officiellement le 22 janvier 2019 et il fait jaser.  Quelles sont les conséquences sur vous, chères éducatrices à la petite enfance, responsables en alimentation et RSG ? Fini les portions, voilà qu’arrivent les proportions! On avait appris que les enfants ont besoin de X portions de ci et de ça pour se maintenir en bonne santé.  Et personne n’en est mort !  Alors pour celles qui préfèrent poursuivre sur cette lancée, pourquoi pas?  Par contre, le nouveau guide alimentaire Canadien propose une autre façon de voir les choses, une façon plus facile j’oserais dire.  Au lieu de peser et mesurer les aliments, il suffit de voir l’assiette comme étant séparée en 3.  La moitié devrait contenir des fruits et des légumes, le quart des aliments protéinés et l’autre quart des aliments à grains entiers.  Voilà… Facile mais pas facile en même temps.  Parce qu’il vous faudra imaginer l’assiette séparée en 3 dans le but de vous assurer de mettre assez des 3 groupes alimentaires selon la proportion recommandée.  Évidemment, les enfants voudront probablement…