Cacher cet aliment que je ne saurais voir… ou non?

cacher des aliments

Cacher les aliments mal-aimés (je parle ici des légumes!) ou mentir sur le contenu d’un repas (non, non, c’est pas du tofu, c’est du poulet…) peut être une stratégie facile à utiliser pour faire manger les enfants. Que ce soit pour éviter les petites crisettes au moment du repas ou encore pour enrichir une recette à la prémisse moins nutritive,  certaines personnes peuvent avoir recours à ce genre de mensonges. Est-ce que le camouflage alimentaire est la meilleure stratégie, sur le long cours, pour que les enfants deviennent des mangeurs compétents?

Je ne connais pas, j’aime pas ça!

C’est essentiel de garder en tête que tout est nouveau pour les enfants et la nourriture n’y fait pas exception! Pour développer leurs goûts, les enfants doivent être exposés des dizaines de fois aux aliments. Ils vont alors être en mesure d’apprivoiser les textures, les saveurs, les odeurs et découvrir ce qu’ils préfèrent… ou non! On doit donc laisser le temps faire son œuvre et guider les tout-petits dans leurs apprentissages. Pourquoi ne pas en profiter pour lire des histoires dont les légumes sont les héros ou encore présenter la super-vedette du jour et examiner un nouveau légume sous toutes ses coutures? Sortir les aliments du contexte des repas et des collations et les mettre en scène dans des situations ludiques va également permettre aux enfants plus récalcitrants de se familiariser avec ceux-ci sans ressentir la pression de les goûter ni de les manger. Ça, ça fait des miracles!

Pas de cachette dans mon assiette

Le pain dessert aux zucchinis, les brownies aux haricots noirs, la mousse à l’avocat et la purée de pomme de terre et navet ont tous leur place dans le quotidien alimentaire des enfants. Ces astuces permettent d’enrichir le contenu nutritionnel des repas et même de faire consommer jusqu’à une portion supplémentaire de légumes aux enfants chaque jour.

MAIS….

Vous vous devez toujours de signaler la présence de vos ingrédients secrets! D’abord, pour que les enfants puissent réapprivoiser ces aliments plus « bof! » et pour qu’ils puissent les voir sous un autre jour plus appétissant… on s’entend que du chou-fleur dans une pâte à pizza, c’est pas mal plus vendeur que dans un potage beige! Et aussi, surtout, pour que les enfants puissent être en mesure de reconnaître ces fameux mal-aimés pour ensuite les tolérer, petit à petit, dans leurs assiettes.

3 trucs pour faire aimer les légumes

Le truc numéro un : Persévérer!
Il faut continuer de présenter les légumes moins populaires régulièrement au menu. En service de garde, tentez de les présenter sous les mêmes formes pour en faciliter l’identification ou encore faites des activités non alimentaires avec les petits nouveaux qui sont prévus au menu … tsé, juste pour faire connaissance! Au moment des repas, adoptez une attitude positive et neutre et engagez des conversations autour des aliments (mais pas des nutriments). Avec des modèles enthousiastes, les tout-petits vont faire un bon bout de chemin!

Le truc numéro 2 : Introduire les moins populaires dans des mets déjà appréciés
Jazzez vos grands classiques en y ajoutant des légumes : des épinards hachés dans la lasagne; des courgettes, des champignons et des betteraves dans vos galettes, vos muffins ou vos pains desserts; des légumes verts feuillus dans les smoothies; du chou-fleur dans les sauces fromagées, etc.

Le truc numéro 3 : Servir les légumes en entrée
Rien de mieux qu’un beau plateau de crudités colorées présentées en rondelles, en bâtonnets, râpées ou en spirales pour faire patienter jusqu’au repas. N’hésitez pas à ajouter une trempette maison à base de yogourt et d’assaisonnements pour apporter un petit punch supplémentaire.

Au final, gardez en tête que les enfants doivent connaître et reconnaître les aliments pour les apprécier, ce que le camouflage et les menteries ne permettent pas! Le goût de chacun évolue à un rythme bien différent et dépend beaucoup de la qualité des expériences alimentaires vécues. Un de vos rôles primordiaux dans le développement de petits mangeurs compétents est de toujours laisser le plaisir comme ingrédient vedette dans les repas et les collations.

On retient donc qu’avec les enfants, la vérité doit toujours s’inviter à la table! Bon… on peut la tremper dans le ketchup une fois de temps en temps, mais pas trop souvent!

Roxanne Bertrand, nutritionniste
Cible Petite Enfance

Des lectures futées :

Des livres éducatifs (sur le thème des aliments, avec une approche neutre) :

  • La collection Inspecteur lapin de Bénédicte Guettier, Éditions Gallimard jeunesse et Giboulées.
  • La collection Clafoutine et ses amis de Nadia Bazinet, Nancy Bélanger, Catherine Sévigny, Éditions La Presse.
  • Le monstrueux secret des légumes de Jeanne Painchaud, Éditions les 400 coups.
  • Je cuisine avec toi de Hélène Laurendeau et Catherine Desforges, Édito jeunesse.
  • Les croquins de Élisabeth Brisset des Nos, Éditions Cardinal.
  • Une patate à vélo de Élise Gravel, Éditions de la Courte Échelle.
  • Les dragons adorent les tacos de Adam Rubin et Daniel Salmieri, Éditions Les Malins.

Un allié dans votre cuisine!

Connaissez-vous l’outil Cible Menu? Il s’agit d’une application qui vous permettra d’y faire vos menus en rotation, tout en vous permettant d’augmenter la variété et la qualité des aliments que vous offrez aux enfants. Vous pourrez ainsi leur faire découvrir à maintes reprises certains aliments plus méconnus ou mal-aimés.

Avec Cible Menu vous serez en mesure d’économiser temps et argent, en plus de détenir un outil supplémentaire pour la gestion des allergies des enfants. Fini le gaspillage, car vous pourrez standardiser vos recettes en fonction du nombre de présences réelles des enfants.

Découvrez l’outil qui a été conçu par une équipe d’experts pour les services de garde. Vous ne risquez pas d’être déçu! Cliquez ici pour en savoir plus!