Interventions

5 trucs pour ralentir le temps

5 trucs pour ralentir le temps, tout en respectant les besoins des enfants

En service de garde, on entend souvent qu’on manque de temps… Qu’il faut se dépêcher de sortir jouer dehors, qu’il faut être de retour bien assis à la table pour 11h30, que le dîner doit être terminé avant 12h30, et là, quand je parle de terminer j’inclus la vaisselle bien rincée, la table nettoyée et les petites mains des amis impeccables! Tout ça, c’est sans compter l’heure du repos qui approche dangereusement. Tic-Tac, Tic-Tac… Mais pourquoi donc se met-on toute cette pression? On « rush » en tant qu’éducatrice, alors imaginez les enfants qui se font presser par le temps qui file! On est loin d’être collée à leurs besoins respectifs. On se retrouve prise dans un rouage qui se répète sans fin, jour après jour. C’est le temps de dire STOP et de ralentir un peu le rythme! Vous allez me dire : « Ben oui, facile à dire, mais comment on va faire pour arriver à la fin de la journée dans les délais? Si je suis en retard, je vais me le faire dire par mes collègues et par les parents qui viendront chercher leur enfant sans que la collation d’après-midi ne soit prise ». Qu’est-ce qui est le plus…

zone-proximale

La zone proximale de développement dans la préparation

Il est normal que les enfants ne soient pas tous rendus au même stade de développement… vous le savez assurément. Ainsi, chacun a ses propres forces et défis à relever. Et qu’est-ce qui se cache entre les forces et les défis? C’est la zone proximale de développement. Le programme éducatif mentionne qu’il est essentiel de tenir compte de cet endroit où l’enfant est rendu afin de le stimuler adéquatement pour toujours l’amener plus loin dans son développement. Mais avez-vous tendance à tenir compte de la zone proximale de développement quand vous effectuez votre préparation? Se fier aux domaines de développement Peut-être êtes-vous de celles qui fouillent sur « Les Internets » pour trouver des idées d’activités qui stimuleront les enfants dans les 4 domaines de développement. Par exemple, fournir plus de casse-têtes pour stimuler le cognitif, prévoir une danse pour stimuler le domaine moteur, lire une histoire pour stimuler le langage, puis imprimer des images d’émotions pour stimuler l’affectif. Voilà! Le hic c’est que le programme éducatif mentionne que chaque enfant est unique… qu’il faut se baser sur des observations… Alors, préparation refusée ici!!! Se fier à l’âge… Peut-être faites-vous plutôt partie des éducatrices qui observent chacun des enfants puis mettent le…

difficult parenting

Gérer éducativement une crise du bacon… oui c’est possible!

Tout métier a son lot de défis à relever. Celui d’éducatrice à la petite enfance oblige à faire face à beaucoup, beaucoup d’émotions de toutes sortes : des plus positives aux plus négatives!  Parmi les situations prenantes, celle de la crise du bacon en fait partie. Comment réagir? Quoi faire et ne pas faire pour se préserver et demeurer dans son rôle professionnel éducatif? Réagir ou ne pas réagir? Là est la question Un enfant se laisse aller par terre et se secoue comme s’il était possédé? Voilà une belle crise du bacon bien typique. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’au moment où l’enfant crie, pleure et se contorsionne : son cerveau est dans une zone rouge. En clair, il lui est IMPOSSIBLE de vous écouter, d’être en contact avec son environnement, de se calmer et de réfléchir.  Il n’est pas en train de faire un caprice… il n’est juste plus en contact avec la réalité. Il est alors envahi par un flot d’émotions qui l’étouffe et qui l’engloutit. Pendant qu’il est dans cet état, il n’y a rien à faire d’autre que de le protéger, ainsi que les autres enfants, et demeurer près de lui pour l’accompagner lorsqu’il reviendra à lui….

jeux extérieurs plus stimulant

Comment rendre le temps de jeux extérieurs plus stimulant ?

Trouvez-vous que les enfants sont souvent laissés à eux-mêmes face à leur développement lorsqu’ils sont à l’extérieur ?  Peut-être… peut-être pas… J’entends d’ici plusieurs personnes me dire que le temps à l’extérieur est consacré aux jeux libres et que ce type de jeu est extrêmement stimulant pour les enfants.  Vous n’avez pas tout à fait tort… ni tout à fait raison ! Pour que les jeux libres extérieurs soient stimulants et maximisent le développement d’un enfant, ils se doivent d’être éducatifs. L’enfant doit être accompagné, soutenu et amené avec bienveillance hors de sa zone de confort.  Lorsque toutes ces conditions sont réunies, nous avons alors le droit de dire que les enfants effectuent des jeux libres les plus stimulants pour chacun d’entre eux. Pas évident hein ?  Sachons faire la différence entre le jeu libre (qui est éducatif) et le laisser-faire (qui est… du laisser-aller, l’enfant seul à lui-même) ! Qui a dit que le travail de professionnelle à la petite enfance était évident ?  Pas nous en tout cas! Que faut-il faire alors pour rendre le temps des jeux extérieurs plus stimulant ?  Attardons-nous à bien observer nos enfants. La plupart répètent toujours les mêmes activités : les enfants de nature…

466359629

Les pratiques inappropriées… et la peur D’ÊTRE inappropriée!

Le Ministère a rédigé le « Guide des pratiques inappropriées » il y a quelques mois.  Rien de nouveau sous le soleil : ce qu’on n’avait pas le droit de faire avant est inadmissible, encore aujourd’hui.  Sauf que là, c’est écrit pour vrai… et il est mentionné dans le Guide que ces pratiques sont passibles de sanctions graves.  Bon : c’est le temps d’avoir peur là!!!! Où est la limite? Comme éducatrice, vous êtes des êtres dotées de logique et tout le monde sait que faire mal physiquement à un enfant est interdit… que le menacer est nuisible pour lui… que de le punir exagérément est néfaste pour le lien d’attachement et l’estime de soi.  Mais vous savez aussi que dans toutes règles à suivre existe également une compréhension qui peut être différente d’une personne à une autre.  Ces différences résident dans nos valeurs à chacune, notre éducation, notre conception de l’éducation, nos savoirs, mais également notre santé mentale et affective. En clair, un simple élément comme : « ne pas attacher un enfant » peut vouloir dire pour une éducatrice « ne plus jamais attacher un enfant durant l’heure du repas » et pour l’autre « ne plus attacher les enfants au copain de promenade lors d’une randonnée en…

chaise-consequence-2

La chaise de conséquence… que faire de plus éducatif?

Dernièrement, j’ai rédigé un blogue au sujet de l’utilisation de la chaise de conséquence en service de garde.  Cette publication en a fait réagir plus d’une.  Il m’apparaissait alors convenu de ne pas laisser mes lectrices sur leur faim et de pousser plus loin la réflexion… Vous l’aurez remarqué, je ne suis pas d’accord avec l’utilisation de la chaise de conséquence pour toutes les raisons que vous avez pu lire dans mon blogue précédent.  Ceci étant dit, devrait-on alors laisser les enfants diriger le service de garde?  Devrait-on ignorer les comportements inappropriés ou dangereux? Réponse à ces deux questions : non et non.  Il existe une seule bonne réponse : remisons la chaise de conséquence et mettons en place des interventions éducatives! Voyons voir lesquelles sont facilement accessibles à toutes, partout et n’importe quand. Scénario 1 : l’enfant fait une crise et se montre dysfonctionnel Vous êtes au casier, Kim fait une crise : ses gestes incontrôlés peuvent l’amener à se blesser ou à blesser un ami.  Vous tentez de lui parler, mais elle semble déconnectée de son corps : elle est dans son « cerveau rouge ». Ce qu’il ne faut pas faire :   Pour la ramener dans son « cerveau vert », elle doit prendre le temps…