Interventions

jeux extérieurs plus stimulant

Comment rendre le temps de jeux extérieurs plus stimulant ?

Trouvez-vous que les enfants sont souvent laissés à eux-mêmes face à leur développement lorsqu’ils sont à l’extérieur ?  Peut-être… peut-être pas… J’entends d’ici plusieurs personnes me dire que le temps à l’extérieur est consacré aux jeux libres et que ce type de jeu est extrêmement stimulant pour les enfants.  Vous n’avez pas tout à fait tort… ni tout à fait raison ! Pour que les jeux libres extérieurs soient stimulants et maximisent le développement d’un enfant, ils se doivent d’être éducatifs. L’enfant doit être accompagné, soutenu et amené avec bienveillance hors de sa zone de confort.  Lorsque toutes ces conditions sont réunies, nous avons alors le droit de dire que les enfants effectuent des jeux libres les plus stimulants pour chacun d’entre eux. Pas évident hein ?  Sachons faire la différence entre le jeu libre (qui est éducatif) et le laisser-faire (qui est… du laisser-aller, l’enfant seul à lui-même) ! Qui a dit que le travail de professionnelle à la petite enfance était évident ?  Pas nous en tout cas! Que faut-il faire alors pour rendre le temps des jeux extérieurs plus stimulant ?  Attardons-nous à bien observer nos enfants. La plupart répètent toujours les mêmes activités : les enfants de nature…

466359629

Les pratiques inappropriées… et la peur D’ÊTRE inappropriée!

Le Ministère a rédigé le « Guide des pratiques inappropriées » il y a quelques mois.  Rien de nouveau sous le soleil : ce qu’on n’avait pas le droit de faire avant est inadmissible, encore aujourd’hui.  Sauf que là, c’est écrit pour vrai… et il est mentionné dans le Guide que ces pratiques sont passibles de sanctions graves.  Bon : c’est le temps d’avoir peur là!!!! Où est la limite? Comme éducatrice, vous êtes des êtres dotées de logique et tout le monde sait que faire mal physiquement à un enfant est interdit… que le menacer est nuisible pour lui… que de le punir exagérément est néfaste pour le lien d’attachement et l’estime de soi.  Mais vous savez aussi que dans toutes règles à suivre existe également une compréhension qui peut être différente d’une personne à une autre.  Ces différences résident dans nos valeurs à chacune, notre éducation, notre conception de l’éducation, nos savoirs, mais également notre santé mentale et affective. En clair, un simple élément comme : « ne pas attacher un enfant » peut vouloir dire pour une éducatrice « ne plus jamais attacher un enfant durant l’heure du repas » et pour l’autre « ne plus attacher les enfants au copain de promenade lors d’une randonnée en…

chaise-consequence-2

La chaise de conséquence… que faire de plus éducatif?

Dernièrement, j’ai rédigé un blogue au sujet de l’utilisation de la chaise de conséquence en service de garde.  Cette publication en a fait réagir plus d’une.  Il m’apparaissait alors convenu de ne pas laisser mes lectrices sur leur faim et de pousser plus loin la réflexion… Vous l’aurez remarqué, je ne suis pas d’accord avec l’utilisation de la chaise de conséquence pour toutes les raisons que vous avez pu lire dans mon blogue précédent.  Ceci étant dit, devrait-on alors laisser les enfants diriger le service de garde?  Devrait-on ignorer les comportements inappropriés ou dangereux? Réponse à ces deux questions : non et non.  Il existe une seule bonne réponse : remisons la chaise de conséquence et mettons en place des interventions éducatives! Voyons voir lesquelles sont facilement accessibles à toutes, partout et n’importe quand. Scénario 1 : l’enfant fait une crise et se montre dysfonctionnel Vous êtes au casier, Kim fait une crise : ses gestes incontrôlés peuvent l’amener à se blesser ou à blesser un ami.  Vous tentez de lui parler, mais elle semble déconnectée de son corps : elle est dans son « cerveau rouge ». Ce qu’il ne faut pas faire :   Pour la ramener dans son « cerveau vert », elle doit prendre le temps…

Chaise conséquence

La chaise de conséquence comme technique d’intervention

Dernièrement, j’ai dû me rendre dans une école primaire et j’ai pu remarquer qu’un enfant était seul, sur une chaise, dans le corridor…  Imaginez la honte qu’il a dû ressentir quand je l’ai regardé… La façon qu’il a trouvée pour sauver « son honneur » cette journée-là a été de rigoler pour que je comprenne que la situation ne l’atteignait pas émotivement. Ici, il a dû mettre plein d’énergie pour camoufler sa détresse, au lieu de la mettre à faire des maths et du français. La fameuse chaise de conséquence… et ses conséquences Pourquoi certaines écoles et services de garde utilisent-ils la méthode de la chaise de conséquence et ses dérivés (le coin retrait, le X de réflexion, le retrait dans le corridor, etc.) ?  Qu’en est-il vraiment des répercussions sur l’enfant d’une telle pratique ? Imaginez-vous assistant à une conférence.  L’envie d’éternuer vous tenaille, mais vous vous retenez, parce que la conférencière a été claire qu’elle n’accepterait pas de bruit. Mais comme votre éternuement est incontrôlable, vous vous surprenez vous-même à briser le silence qu’elle souhaitait. Par conséquent, elle vous demande d’aller vous assoir sur une chaise près de la porte, loin de vos collègues éducatrices. Oui oui… parce que vous…

agressivité

L’agressivité et la gestion de la colère chez les enfants… Il faut en parler!

Cible Petite Enfance a offert à ses clients, le 26 février dernier, un Webinaire sur le sujet avec la psychoéducatrice Geneviève Veillette Thouin du Centre DÉFI – Services multidisciplinaires pour enfants. De nombreuses questions ont été posées, un grand nombre de réactions a été perçu et plusieurs conseils d’outils ont été partagés. Mais au bout du compte, quel reste-t-il de cette belle formation? Un constat déchirant… Notre emploi avec les enfants n’est pas fait pour être facile : JAMAIS! Ça serait tellement plus simple d’être cuisinier : « pour que le mélange soit crémeux, fouetter 2 minutes pas plus, faire entrer de l’air en pliant la pâte et mettre au four durant 15 minutes, pas plus! » C’est clair, net et précis! On suit la procédure, on respecte les étapes et on sait à quoi s’attendre rendu au bout de nos efforts. Tadam! Mais nous, professionnelles de la petite enfance, on ne travaille pas avec du matériel, des objets, ou des ingrédients… non… nous on évolue avec des humains. Et de surcroit, des petits humains encore plus fragiles que les plus grands, comme nous! Eh oui… Alors voici le constat déchirant : il n’y aura jamais de recette à suivre, étape par étape, pour relever…

estime de soi

3 stratégies pour cultiver l’estime de soi de l’enfant

Avez-vous une bonne estime de vous-mêmes? Est-ce que vous arrivez à prendre facilement des décisions, à croire en votre potentiel, à accepter votre corps avec ses imperfections, à vous pardonner vos erreurs, à dire NON et à vous choisir en priorité parce que vous le méritez? Pas tout le temps n’est-ce pas? Tel est l’être humain dans toute sa belle complexité… Est-ce que l’on souhaite une meilleure estime de soi à nos enfants? Sûrement… Cap… Pas cap… Thomas vous dit : « je ne suis pas capable de mettre mes mitaines! » Ce qu’il est en train de vous signifier alors c’est qu’il ne se trouve pas bon par rapport à cet exercice. Devrait-on le laisser croire ça? Bien sûr que non, puisqu’il est en apprentissage! Pourquoi ne pas l’aider à choisir de nouveaux mots, plus positifs comme : « tu n’es pas capable encore, mais bientôt tu y arriveras… Donne-toi le temps d’apprendre » ou encore « tu as besoin d’aide pour être capable et je suis là pour toi! » Le pouvoir des mots… Ils deviendront sûrement des adultes qui diront : « est-ce quelqu’un peut m’aider avec cet ordinateur » au lieu de « je suis pourri en informatique! » Prudence avec les comparaisons! Emma vient vous voir : « Florence m’a…