Être éducatrice

homme éducateur

Être éducateur en service de garde

8H30. Je suis assise à mon bureau où j’exerce à titre de directrice à la pédagogie dans un service de garde. Arrive une maman, en pleurs, avec son bébé-fille dans ses bras. Je la connais : son enfant fréquente notre pouponnière depuis 3 mois. Elle me dit : « il n’est pas question que ce soit un homme qui s’occupe de ma fille et lui change sa couche! » Oh, oh… j’ai omis d’avertir les parents de mon installation que je viens d’engager un éducateur… un homme!!!! En réalité En fait, je ne voyais pas l’intérêt d’avertir les parents d’une telle nouvelle puisque je ne le fais pas d’emblée quand j’engage une nouvelle éducatrice-femme! C’est comme dire : « attention chers parents : je vous annonce qu’il y a quelque chose d’inhabituel dans votre SDG : UN HOMME! » C’est ridicule! Alors je n’en ai juste pas parlé… parce que dans les faits, j’ai accueilli dans mon équipe une nouvelle personne. C’est tout. Il n’y a rien à dire de plus… Les résistances Mais alors, que faire avec la maman qui s’inquiète pour son bébé-fille? Je me suis entretenue avec un éducateur récemment qui me disait que la majorité d’entre eux sont extrêmement conscients des précautions qu’ils doivent prendre pour…

journee-bien-etre

Journée mondiale du bien-être…accessible pour tous?

Selon le Petit Larousse, le bien-être est un « état agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit ». Ayayaille!  « Comment atteindre le bien-être avec un masque sur la bouche, une visière accrochée sur le front et les mains qui piquent à cause de l’excès de Purell » me direz-vous!  Donc, est-ce que le bien-être est accessible et atteignable en service de garde en temps de pandémie? Oui… L’être humain est un être adaptatif… malgré tout! Il y a des gens plus ouverts aux changements que d’autres. Il y a aussi ceux qui s’extasient à la vue d’un petit oiseau et d’autres qui ne savent pas savourer pleinement une fin de semaine en amoureux sans chercher la faille qui viendrait nuire au bonheur absolu! C’est normal et c’est la beauté de l’être humain : chacun est unique. Il y a des gens qui montrent un type de personnalité davantage conventionnel ou conservateur : pour eux, les choses doivent être faites d’une seule et même manière. Leur devise : on ne lâche pas une formule gagnante! Ces derniers ont besoin de savoir de quoi sera constitué demain… Vous comprendrez que pour eux, la pandémie est un frein plus que considérable à…

automatisme

Quand l’automatisme devient l’ennemi de l’action éducative… comment s’en sortir?

Ça m’est tombé dessus comme une tonne de briques. VLAN Mélanie! Tiens-toé! Je vous raconte : je fais un câlin à mon grand garçon de 13 ans et lui dit : « tes cheveux ne sentent pas comme d’habitude! »  Il me répond : « c’est parce que je n’ai plus de shampoing, alors j’ai pris celui de papa! » Ben oui… Je suis la maman qui achète du shampoing pour bébé à mes enfants de 10 et 13 ans depuis toujours. Et là, j’ai soudainement réalisé que mon grand gars s’était lavé les cheveux avec un shampoing pour adulte… et que rien n’a explosé!!! Pourquoi? Parce qu’il n’est peut-être plus la clientèle ciblée pour ce type de shampoing à l’orange? J’ai alors eu l’impression d’avoir dormi « sur la switch » durant près d’une décennie! Que s’est-il passé entre le moment où mon garçon avait 2 ans et aujourd’hui alors qu’il est rendu à 13 ans et qu’il est bourré d’hormones d’adolescent? Il s’est passé une seule chose : j’ai erré dans le temps, perdue dans l’automatisme de mes gestes de maman… et j’ai oublié de m’arrêter pour réfléchir! L’automatisme des gestes Le monde des services de garde n’échappe pas à ce fléau : tous les jours, vos horaires…

port-masque

Le port du masque en SDG… un défi à relever!

Je débute ce blogue par une invitation, celle de vous rendre sur le site web suivant : https://qualitepetiteenfance.uqam.ca/upload/files/Le_port_du_masque_dans_les_milieux_daccueil_19_avril_2020.pdf et de faire la lecture de cet article avec votre cœur. Parce que oui, derrière les masques, il y a des humains et plus précisément des professionnelles à la petite enfance qui y sont cachées… Le port du masque… et l’expression des émotions Ici, l’objectif n’est pas de critiquer ou non le port du masque, mais bien d’en comprendre les conséquences sur les enfants que l’on côtoie dans l’optique de les contrer ou les amoindrir. Vous verrez à la lecture du document de l’UQAM que « la plupart des chercheurs sont d’avis que c’est essentiellement à travers les interactions avec ses proches, et les séquences complexes d’actions qui sont ainsi générées, que le nourrisson apprend peu à peu à reconnaître les expressions d’émotion des autres, à leur donner un sens ».  Dans cette optique, il est clair qu’en cachant la moitié de notre visage, les enfants n’ont plus accès à notre sourire. Sans sourire, ils perdent nos félicitations, nos encouragements et nos remerciements non verbaux. Bref, nous les privons de plusieurs de nos belles actions éducatives positives. Et ça, c’est triste… Il faudra alors être…

covid-SDG

COVID-19 : Comment accueillir les nouveaux enfants?

Depuis 3 semaines, vous, les professionnelles de la petite enfance, vous devez vous adapter à une foule de nouvelles situations au sein de votre travail… Je ne les nommerai pas, vous les connaissez… Aujourd’hui, une nouveauté vient se greffer à votre réalité : l’accueil de nouveaux enfants dans votre service de garde. La réalité En réalité, ces enfants viennent d’un autre service de garde qui a dû fermer le 3 avril dernier ou qui dépasse les ratios imposés.  Puisqu’au moins un de leur parent occupe un emploi de type essentiel, selon les critères du Premier ministre Legault, ces enfants se retrouvent arrachés à leur milieu, leur routine, leurs figures significatives. On pourrait débattre longtemps des répercussions de cette décision, mais là n’est pas l’enjeu! L’enjeu est ce que nous devons mettre au cœur de notre priorité, c’est-à-dire ces enfants qui se retrouvent probablement perdus et qui ont besoin de vous pour réapprendre à bien vivre au quotidien. On repart à zéro Vous savez tous qu’un être humain a besoin d’environ 21 jours pour s’habituer à une nouveauté. Les petits êtres humains que vous accueillez ne font pas exception à cette règle… peu importe leur âge. Ceux-là mêmes qui se sentaient à…

Passe-Partout

Le phénomène Passe-Partout !

J’ai 42 ans… je suis une enfant de l’émission culte « Passe-Partout ».  J’ai acheté les coffrets quand j’ai eu mes deux garçons… ils les ont écoutés, mais pas aussi religieusement que moi.  L’époque avait changé, les enfants aussi.  Et voilà que Passe-Partout revient, plus multiculturelle, plus technologique, plus centrée sur la réalité des enfants d’aujourd’hui. Les enfants d’hier à ceux d’aujourd’hui Déjà, dans la version de mon enfance, le personnage incarné par Passe-Partout stimulait le volet affectif : elle parlait de ses émotions, les démontrait et questionnait les enfants. Passe-Montagne, lui, stimulait le langage en jouant avec les mots et les sons.  Passe-Carreau, quant à elle, stimulait la motricité par des exercices, des étirements et en nommant les parties du corps.  Quand on y pense, même si je n’en avais pas conscience comme petite fille, ces 3 personnages me parlaient du Programme éducatif du Ministère, ainsi que de Gazelle et Potiron… même si ces ouvrages n’existaient pas encore!  Wow!  Serait-ce à dire que, dans le fond, les enfants ont toujours eu le même besoin d’être stimulés dans toutes les sphères de leur développement?  On dirait bien hein!? S’adapter Malgré tout, cette émission culte vient de relever le défi de s’adapter aux enfants…