L’usage des thèmes pour répondre aux besoins des enfants… possible ou pas?

themes

Faites-vous partie des éducatrices qui travaillent avec des thèmes? Vous êtes-vous fabriqué un cartable avec des sections bien distinctes, renfermant des tonnes de belles activités stimulantes? Si oui, vous êtes bien organisées!  Mais êtes-vous certaines que votre manière de travailler répond bien aux besoins des enfants? Peut-être que oui… peut-être que non… Voyons voir!

Le thème comme seul outil de travail

Nous savons que le programme éducatif du Ministère n’encourage pas l’utilisation des thèmes comme seul outil de travail. Pourquoi? Parce que cette façon de travailler met tous les enfants dans le même moule, comme s’ils avaient les mêmes besoins développementaux et étaient tous rendus au même stade de développement. Et il n’y a rien de plus faux, puisque chaque enfant est unique, vous le savez.

Ainsi, si VOUS décidez que le thème de la semaine est « les jeux d’eau », alors vous aurez peut-être dans votre cartable des coloriages d’enfants qui se baignent, qui s’arrosent, qui glissent dans des glissades d’eau, etc. Pourquoi? Parce que ça « fit » avec le thème! On y retrouvera sûrement aussi un jeu de « cherche et trouve » sous le thème des jeux d’eau avec des images de sceaux, de maillots, de ballon de plage, etc. Pourquoi? Parce que ça « fit » avec le thème! Et vous espérerez qu’il fera beau cette semaine-là puisque vous planifiez de placer un boyau d’arrosage dehors, des bacs d’eau et des vêtements de poupée à laver pour ensuite les accrocher sur une corde à linge. Pourquoi? Parce que ça « fit » avec le thème. Si vous vous reconnaissez, on peut dire de vous que vous avez les idées qui se suivent et que vous avez pensé à tout pour que la semaine soit intéressante pour les enfants. J’ajouterais ici que vous avez travaillé fort et y avez mis beaucoup de temps pour toujours rester dans le thème que VOUS vous êtes imposé.

Alors une seule question subsiste ici : répondez-vous aux besoins développementaux des enfants ou seulement aux besoins de faire « fitter » les activités au thème? Hum… je vous laisse y réfléchir…

Le thème comme prétexte

Êtes-vous plutôt l’éducatrice qui choisit un thème un peu comme on utilise des épices dans une soupe : pour donner du goût, du punch? Si oui, alors vous avez sûrement donné une feuille vierge aux enfants et leur avez demandé de vous dessiner ce qu’ils voient quand ils pensent aux jeux d’eau. Votre intention éducative ici est de faire travailler la motricité fine de Bella qui n’arrive pas à bien tenir son crayon et à stimuler le langage d’Arnauld lorsqu’il expliquera aux autres son dessin.

Sachant ça, vous ne vous formalisez pas de constater que certains enfants se sont mis à gribouiller des animaux ou des maisons… Pourquoi? Parce que le thème est un prétexte et non une fin en soi. Vous laisserez probablement à la portée des enfants un « cherche et trouve » sous le thème des jeux d’eau en espérant qu’il plaira à Samuel puisque votre intention avec lui est de stimuler son attention, ce qui est plutôt difficile pour lui. Mais s’il choisit un livre à la place, vous irez le rejoindre quand même pour lui poser des questions sur ce qu’il voit, même s’il s’agit d’un livre sur les motos. Pourquoi? Parce que le thème est un prétexte et non une fin en soi.

Enfin, vous aurez peut-être transformé la cour en véritable paradis des jeux d’eau, mais votre but était d’éveiller votre groupe aux sciences et de favoriser la motricité globale de Lucas qui peine à marcher sur une surface mouillée. Alors une seule question subsiste ici : répondez-vous aux besoins développementaux des enfants? Il semblerait…

Pas de thème

Et si vous faites partie des éducatrices qui ne travaillent pas avec les thèmes, alors vous concentrez sûrement votre préparation de la semaine à lister les défis et les forces de chacun, puis à penser à du matériel et à des activités qui sauraient les amener à aller plus loin dans leur développement.

Par exemple, vous proposez aux enfants de laver des poupées dans des bacs d’eau parce que vous avez remarqué que la grande majorité ne connaît pas le nom des parties du corps. Vous mettrez à leur disposition des petites pinces avec des pompons et des boutons de différentes teintes de jaune, parce que vous avez remarqué que Maelle montre un défi à relever concernant la motricité fine et qu’elle sera sûrement intéressée par ces petits objets arborant sa couleur préférée.

Alors est-ce mieux de travailler avec un thème ou pas? Bien que le programme éducatif ne l’encourage pas, c’est à vous de voir comment TOUJOURS rester focalisées sur les besoins des enfants, et ce, même s’ils s’inscrivent ou non dans un thème.  Gardez en tête également que quand on donne du « tout cuit dans le bec », les enfants perdurent moins longtemps dans l’activité que lorsqu’on leur offre du matériel pour construire eux-mêmes leurs activités.

Enfin, n’oubliez pas que l’enfant n’est pas « construit » pour faire des choses de lui-même selon un thème… il est plutôt attiré par tout ce qui, naturellement, le stimulera et l’amènera plus loin dans son développement. Alors thème ou pas de thème? Là n’est pas la question : c’est plutôt des besoins des enfants dont il est question…

Mélanie Coulombe
Cible Petite Enfance

Lectures intéressantes :

Commentaires