3 mythes sur moi : l’éducatrice de ton enfant!

3 mythes sur moi : l’éducatrice de ton enfant!

Les parents vous confient ce qu’ils ont de plus précieux : leur enfant! Avec ça viennent leurs attentes envers vous et elles sont élevées… c’est normal! Quelques fois, par contre, vous êtes jugées à partir de situations qui semblent vous incriminer… à tort. Voyons voir comment détruire 3 de ces mythes.

Certains pensent que :

Quand une éducatrice joue par terre avec les enfants, c’est parce qu’elle a le temps de le faire : au fond, elle n’a pas un travail très exigeant!

FAUX!  Une éducatrice qui joue avec un enfant est sûrement en train de l’observer. Elle souhaite comprendre où il est rendu dans son développement, dans le but de savoir comment le stimuler à aller plus loin. Dans le jeu, elle tente également de solidifier le lien de confiance avec cet enfant parce qu’il en a besoin, c’est le propre de l’être humain. Comment briser ce mythe?  Facile! Tentez de ne plus dire ce que vous avez fait avec les enfants dans la journée, mais bien pourquoi vous l’avez fait. Voici des exemples :

  • « On a fait un bricolage libre avec du matériel de recyclage, dans le but de travailler la motricité fine ainsi que la créativité des enfants» au lieu de « on a fait un mobile pour mettre dehors ».
  • « En jouant avec lui à un jeu de société, j’ai remarqué que votre enfant trouve difficile de perdre. Je vais donc l’aider à travailler cet aspect » au lieu de « il a aimé jouer à un jeu de société avec moi».
  • « Durant les observations que j’ai effectuées aujourd’hui, j’ai remarqué que votre fille a énormément de facilité à s’habiller, ce qui fait qu’elle trouve long d’attendre que les autres aient terminé. Je compte lui proposer des alternatives pour qu’elle se sente mieux durant cette routine» au lieu de « elle a tendance à faire des crises de colère lors de l’habillage et ce moment est difficile ».

Quand deux enfants se chicanent, l’éducatrice fait semblant de ne pas les voir et les laisse faire : pourquoi ne fait-elle pas « sa job » ?

FAUX ! L’éducatrice est probablement en train de se piler sur le cœur pour ne pas intervenir automatiquement… et c’est là qu’elle fait « sa job » comme professionnelle justement! Quand elle a l’air de ne pas porter attention à la situation conflictuelle, elle est pourtant en observation. Comment ces enfants vont-ils gérer ce conflit? Est-ce que des signes de violences sont présents? Quel est le meilleur moment pour leur venir en aide et les accompagner à trouver une solution par eux-mêmes? Comment briser ce mythe? C’est simple! Encore une fois, soyez fière de vos interventions éducatives et décrivez-les aux parents dans un objectif de conscientisation : vous êtes un modèle pour eux aussi après tout! Voici des exemples :

  • « Aujourd’hui, il a réussi à gérer seul un conflit avec un ami qui lui a volé un jouet en lui proposant le partage : c’est un bel exemple qui prouve qu’il se développe bien socialement» au lieu de « il s’est chicané avec un ami aujourd’hui ».
  • « J’ai accompagné votre enfant et un de ses amis à trouver une solution par eux-mêmes à une chicane qu’ils ont connue aujourd’hui et je suis fière de vous dire qu’ils ont réussi tous les deux à retrouver l’harmonie : belle victoire pour le développement de la sphère de développement social!» au lieu de « je suis intervenue aujourd’hui suite à une chicane entre votre enfant et un ami ».

Quand un enfant porte ses chaussures à l’envers, c’est parce que l’éducatrice l’a laissé à lui-même au lieu de l’aider.

FAUX ! Au contraire. L’éducatrice, dans une intention éducative, laisse l’enfant mettre ses chaussures à l’envers. Puis, elle le questionne : « comment te sens-tu dans tes chaussures? » Si l’enfant se sent mal, elle l’amène à remarquer le problème en plus de lui donner des trucs pour ne plus se tromper de côté. Mais s’il ne sent pas la différence, il se peut que l’éducatrice choisisse de miser sur sa réussite d’avoir réussi à mettre ses chaussures tout seul, comme un champion, plutôt que de lui signifier qu’il a commis une erreur. Elle travaille alors l’acquisition de l’autonomie, ainsi que l’estime de soi. Comment briser ce mythe? Expliquez la situation en termes de développement. Voici un exemple :

  • « Vous remarquerez qu’il a mis ses chaussures à l’envers, mais j’ai vérifié s’il se sent mal. J’ai choisi de le gratifier sur sa réussite et sur sa persévérance. À partir de demain, je travaillerai avec lui les concepts de la droite et la gauche. On va y arriver, une étape à la fois ».

C’est facile de juger sur des choses qu’on ne connait pas et qu’on ne vit pas. C’est dans la nature humaine. À nous maintenant de remettre les pendules à l’heure en valorisant nos interventions éducatives, en utilisant le vocabulaire qui nous est propre (par exemple en parlant des 5 sphères de développement) et en adoptant une posture professionnelle en tout temps avec les parents.

Pour d’autres exemples de mythes à détruire et de façon d’y réagir, je vous invite à consulter la capsule de formation : « Éducatrice, gardienne, animatrice de camp de jour, professeur : qui suis-je? », que vous trouverez en vous abonnant à notre plateforme d’accompagnement au www.ciblepetiteenfance.com.

Mélanie Coulombe
Cible Petite Enfance

Commentaires