L’annonce du Dx

caroline

Que doit-on faire quand un parent nous annonce qu’il a un cancer? Évidemment, nous sommes envahis de compassion et d’empathie, on veut apporter notre support, s’assurer que l’enfant reçoive tout le soutien, l’amour et l’attention qu’il mérite dans de telle circonstance… Alors, quelle attitude adopter?

Qu’est-ce que le parent souhaite exactement?

Il veut s’assurer que son enfant soit bien quand il est absent, car c’est vrai quand il est en santé et ça l’est encore plus quand il est malade. Le parent ressent une profonde culpabilité de devoir aller reconduire son ou ses enfants à la garderie, parce qu’il doit se reposer, se rendre à tous ses rendez-vous, prendre du temps pour lui… Pourquoi cette culpabilité?? Tout simplement parce que lorsqu’on lui annonce qu’il a le cancer, sa vie se met sur pause. Le temps devient précieux et il voudrait tellement en passer le plus possible avec ses enfants. Mais il réalise que s’il veut que ce temps soit de qualité, s’il veut mettre toutes les chances de son bord, alors il doit recharger ses batteries et prendre une pause!

Pendant les traitements

Il est important d’aviser le parent si son enfant a été en contact avec un quelconque virus, bactérie telle la gastro, le streptocoque ou toute autre infection, puisque le système immunitaire du parent est déficient, cela peut devenir dangereux s’il contracte une telle infection.

À la fin de la journée , lorsque le parent vient chercher son enfant, évitez de le bombarder d’information. Il est souvent fatigué et déjà préoccupé. Utilisez un autre moyen pour communiquer avec lui, comme par courriel, agenda, etc., à moins d’un événement majeur! Si l’enfant a passé une belle journée, c’est tout ce que le parent souhaite savoir.

Que fait-on avec l’enfant? On le laisse être un enfant, comme avant!

Une chose dont les enfants ont besoin lorsqu’il y a des événements qui perturbent leur quotidien, c’est de stabilité et de repères. Oui, on doit être attentif, mais ce n’est pas parce qu’il fait une crise que c’est nécessairement lié à ce qui se passe à la maison. Si l’enfant le verbalise, il faut l’écouter et répondre à ses questions, tout en lui demandant d’en parler avec son parent. C’est à lui de décider ce qu’il souhaite partager avec son enfant. Ne mettez pas des mots à sa place comme « tu t’inquiètes pour ta mère, ton père? », « tu as de la peine, tu as peur de perdre ta mère/ton père? », etc. Si c’est lui qui en parle, faites un retour avec le parent et dites simplement que vous comprenez. Ne lui donnez pas plus d’attention, à moins que de nouveaux comportements apparaissent et que ça devient difficile. Il faut alors intervenir comme avec les autres enfants, mais avec plus de délicatesse.

C’est certain que les enfants sont affectés par la situation. Ils sentent que leurs parents sont préoccupés… Les traitements les affaiblissent, ils peuvent perdre leurs cheveux, ils n’ont plus l’énergie pour jouer avec eux comme avant, ils dorment souvent et la routine change. C’est pour ces raisons que vous devez offrir un milieu de vie normale.

Je suis une maman de 3 enfants, dont deux garçons de 9 et 6 ans, ainsi qu’une fille de 4 ans. On m’a diagnostiqué un cancer du sein métastatique en décembre 2015, alors que j’avais 34 ans.  À travers ces chroniques, je vous partagerai mon quotidien avec mes enfants et ma maladie.

À très bientôt et n’hésitez pas à me communiquer vos commentaires et suggestions!

Caroline 

Commentaires

Vous avez oublié un produit dans votre panier!

N’oubliez pas de finaliser votre achat avant de nous quitter! Besoin d'aide? Contactez-nous via le clavardage en bas à gauche de votre écran!