Il pleut, il « sloche », il grêle, « y fait frette » … et aller dehors quand même!

C’est le printemps… le soleil, les bourgeons, la chaleur, le chant des petits oiseaux!!! Ben non, chose : pas encore!  Là, tout de suite, il tombe de la « pleige » (dixit : mélange de neige et de pluie… ark!), le sol est recouvert de mou brun (dixit : de la sloche… ark!) et les gants du lundi ont dû laisser leur place aux mitaines de skidoo le mardi.

Mère Nature se bidonne en nous voyant nous démener à sortir les enfants dehors, sans trop savoir quoi leur offrir comme possibilités de jeux, dans cet environnement printanier davantage propice au désastre!

Faire un pied de nez à Mère Nature

Et si Mère Nature souhaitait justement nous mettre au défi, comme nous le faisons avec les enfants pour maximiser leur développement?  Dur à croire qu’elle est dans la bienveillance quand on vient juste de glisser sur une plaque de glace hein?  Mais bon… il faut faire avec cet environnement qui a besoin de temps pour se refaire une beauté.  Peut-être est-il temps de voir les choses à travers un nouveau filtre…

Tenter ce qui n’a jamais été tenté

Entre autres, on veut aller dehors avec les enfants pour les faire bouger.  On sait qu’un enfant qui bouge beaucoup quotidiennement, avec des activités d’intensité faible à élevée, sera plus enclin à faire un bon repos, à adopter des comportements souhaitables et à se développer au maximum de son potentiel.  Mais ce n’est peut-être pas nécessaire de demeurer dans la cour à se faire la vie dure.  Il existe peut-être d’autres solutions…  Voyons voir!

Des idées pour voir autrement

    • Tout le monde comprend que la température printanière québécoise peut représenter un défi de taille pour les enfants : comment prendre plaisir à développer sa motricité globale en tenant une pelle avec des petites mitaines détrempées? Alors, certaines municipalités acceptent d’aider les services de garde à traverser ces quelques semaines difficiles. En effet, j’ai vu des arénas, des sous-sols d’église, des salles communautaires, des gymnases d’école, etc., accepter de prêter leurs espaces pour que les petits puissent y venir un avant-midi par semaine ou plus.  On apporte des ballons, des trotteurs, des cerceaux ou tout autre matériel susceptible de faire bouger les enfants à travers des jeux qu’ils se seront inventés eux-mêmes.  Il faut par contre accepter de s’ouvrir sur la communauté, de partager nos besoins, de demander de l’aide.  Et qui sait si le centre pour personnes âgées le plus près de votre service de garde ne vous invitera pas à participer aux activités physiques avec ses aînés?

 

    • Il tombe des gouttes du ciel printanier? Super!  On sort faire une randonnée dans les bois ou sur les trottoirs de la ville (s’ils sont sécuritaires évidemment) avec des parapluies.  Les enfants adoreront l’expérience assurément.

 

    • Dans les magasins à bas prix, il est possible de se procurer des imperméables (de type poncho) à 2 ou 3 dollars qui, une fois enfilés par-dessus les vêtements extérieurs, assureront une couche supplémentaire de protection contre la neige fondante. Ainsi, penser retourner à l’extérieur une seconde fois dans la journée, sans devoir passer tous les vêtements à la sécheuse avant, peut devenir une mission possible.

 

  • Faites des parents vos alliés afin qu’ils vous fournissent 3 paires de mitaines et 4 paires de bas s’il le faut !!!! Faites-leur comprendre que pour le bon développement de leur enfant, vous ne serez pas dans l’évitement, mais bien dans l’utilisation éducative de l’environnement printanier. Une fois mis au courant que leur progéniture aura bien du plaisir à sauter dans les trous d’eau et à apprendre les bases scientifiques de la sloche en la manipulant, la majorité des parents se rallieront à votre cause.  Et pour les autres, eh bien, c’est là qu’entre en jeu votre surplus de vêtements…

Alors oui, on peut vivre de la frustration face aux sautes d’humeur de Mère Nature.  On peut se terrer dans les locaux à attendre que le vert revienne et que sol s’assèche.  Mais est-ce vraiment ce que l’on souhaite transmettre comme message à nos enfants? Je ne crois pas.

Nos 4 saisons apportent leurs lots d’inconvénients quant aux jeux extérieurs : que ce soit le froid, la chaleur, le vent ou les moustiques.  Alors, voyons les choses autrement et transformons l’œuvre de Mère Nature en émerveillement dans les yeux des enfants!

Bon printemps à tous!

Mélanie Coulombe
Cible Petite Enfance

Lectures intéressantes :

Commentaires

10 avril 2019|