Utiliser un thème ou pas? Attention!

Utiliser un thème ou pas? Attention!

Vous travaillez par thèmes? Vous aimez utiliser les thématiques pour planifier vos activités de la semaine? Attention! Je vous invite à vous poser deux questions : la première est : « pourquoi ce thème? » et la seconde est « pour qui ce thème ? »

Pourquoi ce thème?

Pourquoi avoir choisi ce thème cette semaine? Vous me répondrez évidemment que c’est parce que c’est le printemps… c’est logique. Oui, mais dans la tête des enfants, est-ce que c’est aussi logique que ça? Qu’est-ce que ce thème va apporter aux enfants sur le plan développemental?

Pour qui ce thème?

Est-ce que vous avez choisi ce thème parce que vous le choisissez toujours au même moment de l’année? Est-ce que c’est parce que vos activités sont déjà répertoriées dans votre cartable? Est-ce que c’est parce que vous aimez ce thème et que vous vous sentez à l’aise de l’aborder?

La soupe…

Dépendamment des réponses que vous avez données précédemment à ces deux questions, vous avez peut-être raison sur toute la ligne de choisir ce thème… ou pas! Une chose est sûre, c’est qu’il y a une seule façon de voir les thèmes : comme un élément à mettre dans sa soupe…

La soupe éducative que vous cuisinerez est, en fait, la planification de votre semaine. Dans votre soupe, il y a des ingrédients. Il s’agit des éléments que vous aurez recueillis durant vos observations des enfants. Par exemple, Thomas a de la difficulté à partager (ça, c’est un ingrédient), Fanny refuse de jouer avec des garçons (ah, un autre ingrédient) et Zaël n’arrive pas à découper seul (hop, dans le chaudron!)

Vous aurez alors divers éléments qui composeront votre planification. Alors, jusqu’ici, il n’est pas nécessaire de procéder par thèmes! On peut donc arrêter de cuisiner ici. Voilà! Mais on peut poursuivre aussi, en ajoutant des fines herbes, pour donner du goût. Et ces fines herbes sont justement les thèmes. Facultatives, mais intéressantes…

Attention!

Alors, que vous utilisiez ou non les thèmes pour planifier votre semaine, sachez qu’il n’y a pas une seule façon de faire. Par contre, pour demeurer centrée sur les besoins développementaux des enfants, il ne faut pas voir les thèmes comme étant un but à atteindre, mais bien comme un moyen d’arriver au but. Fanny refuse de jouer avec les garçons? Alors durant votre promenade printanière, encouragez-la à tenir un plus jeune garçon par la main pour l’aider à marcher. Zaël n’arrive pas à découper seul? Alors, proposez-lui de vous faire un bricolage sur ce que le printemps représente pour lui. Vous répondrez alors aux besoins des enfants, sans pour autant les encarcaner dans un thème qu’ils n’ont pas choisi! Le meilleur des deux mondes!

Sortir de sa zone de confort

Ce qu’il faut garder en tête, c’est qu’un enfant de 4 ans a probablement vécu 4 fois le thème printemps dans sa vie au service de garde. Alors, pour éviter cette situation, je vous suggère d’accepter de sortir de votre zone de confort. Comment faire? Si vous tenez absolument à utiliser les thèmes, choisissez-en que vous n’avez jamais explorés : le monde minier, les technologies, la politique, l’environnement, les voyages, etc.

Saurez-vous vous mettre au défi de tenter quelque chose de nouveau? Le développement des enfants, ainsi que votre motivation professionnelle, n’en seront que renforcés… Thème ou pas!

Mélanie Coulombe
Cible Petite Enfance

Lecture intéressante :

Commentaires