Le port du masque en SDG… un défi à relever!

port-masque

Je débute ce blogue par une invitation, celle de vous rendre sur le site web suivant : https://qualitepetiteenfance.uqam.ca/upload/files/Le_port_du_masque_dans_les_milieux_daccueil_19_avril_2020.pdf et de faire la lecture de cet article avec votre cœur. Parce que oui, derrière les masques, il y a des humains et plus précisément des professionnelles à la petite enfance qui y sont cachées…

Le port du masque… et l’expression des émotions

Ici, l’objectif n’est pas de critiquer ou non le port du masque, mais bien d’en comprendre les conséquences sur les enfants que l’on côtoie dans l’optique de les contrer ou les amoindrir. Vous verrez à la lecture du document de l’UQAM que « la plupart des chercheurs sont d’avis que c’est essentiellement à travers les interactions avec ses proches, et les séquences complexes d’actions qui sont ainsi générées, que le nourrisson apprend peu à peu à reconnaître les expressions d’émotion des autres, à leur donner un sens ». 

Dans cette optique, il est clair qu’en cachant la moitié de notre visage, les enfants n’ont plus accès à notre sourire. Sans sourire, ils perdent nos félicitations, nos encouragements et nos remerciements non verbaux. Bref, nous les privons de plusieurs de nos belles actions éducatives positives. Et ça, c’est triste… Il faudra alors être bien consciente de l’importance de trouver une solution pour transmettre nos messages autrement que non verbalement.

Par exemple, notre sourire avec nos lèvres pourrait se transformer en sourire avec nos yeux… à condition de se placer à la hauteur des enfants le plus souvent possible pour qu’ils voient notre regard. En clair, il reste le haut de notre visage pour partager avec l’enfant nos émotions. Mais pas que cela… Il y a aussi notre voix et nos mots. Ainsi, en nommant nos émotions, on remplace le non verbal d’un sourire par le verbal : « je suis fière de toi!  Bravo d’avoir essayé!  Tu as l’air heureux! »

Le port du masque… et le développement du langage

On sait que les enfants apprennent le langage de toutes sortes de manières, mais aussi en regardant notre bouche faire les mouvements liés à la prononciation. Avec le port du masque, ce n’est plus possible. Sachant cela, il sera primordial de parler beaucoup avec les enfants, lentement, de bien prononcer les mots ainsi que de choisir les bonnes expressions. Sinon, misez sur l’environnement, pour optimiser la stimulation du langage, en accrochant des images avec l’écriture du mot associé, choisissez des livres qui regorgent de belles grosses écritures et mettez à la disposition des enfants des lettres ou des jeux de lettres pour leur permettre non pas d’apprendre l’alphabet, mais bien de comprendre le son des lettres. Enfin, raconter une ou plusieurs histoires par jour selon l’intérêt des enfants, reste un bon moyen pour diversifier le langage des enfants.

Le port du masque… et le lien d’attachement

À la lumière du texte de l’UQAM, on peut comprendre que : « Les études en psychologie ont montré le rôle essentiel de liens stables et d’interactions prévisibles de qualité entre le jeune enfant et l’adulte référent qui l’accueille en dehors de la famille ».

À ce titre, il est clair que le jeune enfant cherchera ses repères face à cette nouvelle personne que vous deviendrez avec un masque sur le visage. Évidemment, vous devrez considérer cet enfant comme un jeune renard que vous tenterez d’apprivoiser… parce que pour lui, vous êtes une inconnue. Et c’est de plus en plus vrai pour les enfants en bas âge qui risquent de se sentir inconfortables et perdus à votre approche… parce que vous êtes une inconnue pour lui. Il faudra donc l’approcher tout doucement, lui parler et peut-être même exagérer vos expressions faciales pour qu’il vous reconnaisse. Peut-être que le fait d’accrocher une photo de votre visage sur vous pourrait l’aider à vous reconnaître et à se sentir davantage en sécurité. Une autre idée très créative pourrait être de vous trouver un élément distinctif de vos collègues : une jolie fleur peinte sur votre front que vous arborerez durant tout le temps du port du masque, un maquillage des yeux très voyant et coloré… peu importe, pourvu que l’enfant puisse vous reconnaître rapidement et facilement.

Comme dans toute chose, un changement dans la vie d’une professionnelle à la petite enfance implique une nouvelle façon de travailler, tout comme un changement dans la vie d’un enfant implique une meilleure ou une moins bonne stimulation. Pour éviter la dernière possibilité, il est essentiel de comprendre les répercussions de cette nouvelle façon de faire. Ainsi, il sera toujours possible de contrer une répercussion négative par une stratégie éducative positive, dans le but d’assurer le développement optimal de chaque enfant.

Mélanie Coulombe
Cible Petite Enfance

Lecture complémentaire :

Commentaires