Journée mondiale du bien-être…accessible pour tous?

journee-bien-etre

Selon le Petit Larousse, le bien-être est un « état agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit ». Ayayaille!  « Comment atteindre le bien-être avec un masque sur la bouche, une visière accrochée sur le front et les mains qui piquent à cause de l’excès de Purell » me direz-vous!  Donc, est-ce que le bien-être est accessible et atteignable en service de garde en temps de pandémie? Oui…

L’être humain est un être adaptatif… malgré tout!

Il y a des gens plus ouverts aux changements que d’autres. Il y a aussi ceux qui s’extasient à la vue d’un petit oiseau et d’autres qui ne savent pas savourer pleinement une fin de semaine en amoureux sans chercher la faille qui viendrait nuire au bonheur absolu! C’est normal et c’est la beauté de l’être humain : chacun est unique.

Il y a des gens qui montrent un type de personnalité davantage conventionnel ou conservateur : pour eux, les choses doivent être faites d’une seule et même manière. Leur devise : on ne lâche pas une formule gagnante! Ces derniers ont besoin de savoir de quoi sera constitué demain… Vous comprendrez que pour eux, la pandémie est un frein plus que considérable à leur bien-être présentement.

Complètement à l’opposé maintenant, il y a ceux qui ont une personnalité plus artistique, qui rejettent la routine et qui foncent vers l’inconnu sans vraiment de résistance. Ici, l’un est bien à l’aise avec l’adaptation à un grand changement, tandis que l’autre se sent moins outillé. C’est exactement ce qui se passe dans tous les services de garde, puisque ces deux types de personnalité s’y côtoient quotidiennement, entraînant son lot de défis à relever.

Il est donc essentiel de comprendre cette dynamique dans nos services de garde et d’identifier la collègue la plus inconfortable et celle qui s’adapte facilement aux changements, comme à une vieille pantoufle, afin qu’elles puissent se reconnaître au lieu de se juger.

Se donner du temps…

Une chose est certaine : tout le monde peut s’adapter à presque n’importe quoi, mais avec une charge émotive plus ou moins différente. Dans le même sens, tout le monde est constitué de manière à s’adapter selon le modèle « non-scientifique, mais vérifié en service de garde » du fameux 21 jours.

Regardez vos petits nouveaux : souvent, 21 jours sont nécessaires pour qu’un enfant se montre tout à fait à l’aise dans son environnement d’accueil.  Ainsi, même si les changements encourus par la pandémie à la COVID-19 sont très grands, il est possible d’y trouver un certain bien-être.  Il faut cependant se donner du temps et accepter que durant cette période, on n’est pas bien, on se sent en déséquilibre, en perte de contrôle, en deuil de ce qui était mieux avant… et c’est normal.

Mais plus encore

Atteindre le bien-être, ce n’est malheureusement pas seulement une question de personnalité et de temps… Il s’agit également d’un état d’esprit. L’adage qui dit : « un esprit sain dans un corps sain » est lourd de sens, surtout en ce qui concerne les professionnelles à la petite enfance.

Vous ai-je déjà dit que votre corps et votre esprit sont vos seuls outils de travail? À des millions de reprises n’est-ce pas? Parce que c’est vrai : vous ne pouvez pas, comme le menuisier, jeter votre scie qui ne coupe plus et en racheter une autre. Non! Vous, si votre motivation n’est plus au beau fixe, vous ne pouvez pas en commander une toute nouvelle sur internet… pas plus qu’aller faire affuter votre patience dans une boutique spécialisée! Vous n’avez pas d’outils de travail autre que vous-mêmes, dans toute votre entièreté. Il est donc nécessaire de toujours prendre soin de votre santé physique et mentale afin d’assurer aux enfants le meilleur service possible, mais également de vous assurer le fameux bien-être tant recherché de tous. Il est là…

Comment faire pour inviter le bien-être?

Face à un changement :

  • Acceptez de ne pas vous sentir bien durant un certain temps… pas bien du tout même!
  • Laissez le temps faire son œuvre : souvent, l’habituation s’installe et ce qui est douloureux l’est beaucoup moins après 21 jours.
  • Nommez vos émotions aux bonnes personnes, aux bons moments : c’est acceptable de dire qu’on aimait mieux notre vie d’avant.
  • Obligez-vous à rire le plus souvent possible : oui, la visière embue… demandez à vos petits mousses de vous construire des essuie-glaces en carton histoire de faire rire vos collègues… et vous-même par ricochet.
  • Ouvrez votre esprit pour qu’il puisse accepter plus facilement les nombreux changements qui s’additionnent de jour en jour… « Je ne sais pas ce qui aura changé aujourd’hui, mais je suis prête à faire les choses différemment ».
  • Gâtez-vous : vous le méritez! Gâtez vos collègues : vous méritez d’être celle qui apporte la joie dans votre milieu de travail!
  • Vivez une journée à la fois : ce n’est pas important de savoir quand les choses redeviendront comme avant… les enfants ne sont pas là-dedans, alors suivons leur exemple!

Je vous souhaite de tout cœur de profiter de cette journée mondiale du bien-être avec le plus de bien-être possible dans votre corps et votre cœur… parce que vous le méritez grandement!

Mélanie Coulombe
Cible Petite Enfance

Commentaires