Scroll Top

L’augmentation de la qualité du service alimentaire : en équipe SVP!

service-alimentaire

En tant que gestionnaire d’un service de garde, vous vous efforcez d’offrir un service alimentaire  de qualité aux enfants. Par contre, vous vous heurtez probablement à des défis récurrents : les ressources financières qui vous causent des maux de tête quand vient le temps de privilégier la diversité, la qualité et la découverte. Plus encore, il peut y avoir un manque de connaissances de la part de votre responsable alimentaire, surtout avec le nouveau guide alimentaire canadien et ses recommandations revisitées. Enfin, il y a peut-être de la résistance du côté de votre personnel éducateur qui ne sait pas trop comment réagir face aux enfants qui refusent le nouveau menu. Je vous suggère de réfléchir en termes de savoir, savoir-être et savoir-faire… en équipe!!!

Les savoirs… en équipe

Le « solage » d’un bon service alimentaire est sans aucun doute les savoirs de votre responsable alimentaire. Questionnez-vous et/ou questionnez-là sur ses connaissances : saisit-elle le concept de proportion de nourriture pour une alimentation saine? Est-elle préoccupée par l’apport en vitamine D qu’elle offre aux enfants, surtout l’hiver? Est-elle sensibilisée aux textures, à la diversité, à la découverte alimentaire? Construit-elle ses menus en tenant compte des besoins alimentaires des enfants sur une journée, en adaptant les collations et les accompagnements en fonction de ce qu’il manque au repas?

Toutefois, il y a une chose qu’on oublie souvent : ce sont les savoirs du personnel éducateur en ce qui concerne l’alimentation. Pourquoi? Parce que l’on a tendance à croire, malheureusement à tort, qu’il s’agit QUE du travail de la responsable alimentaire de s’occuper de fournir une alimentation saine. Le hic, c’est que l’on mise alors que sur 50% du processus… avec souvent 50% de réussite ou moins.

Dans les faits, l’enfant a beau avoir devant lui le plus beau repas du monde, si on ne lui présente pas bien ou s’il ignore ce qu’on lui propose, il risque de le refuser. L’équipe d’éducatrices et d’éducateur doit comprendre pourquoi aujourd’hui on sert une collation protéinée en remplacement des fruits ou des légumes… elles doivent connaître la proportion de légumes, de protéines et de féculents à présenter dans l’assiette des enfants… Elles doivent comprendre les raisons qui amènent la responsable alimentaire à offrir que la moitié d’une tranche de pain aux enfants, alors qu’ils en redemandent encore et encore… Alors ici, les savoirs doivent se développer en équipe, c’est-à-dire en décloisonnant la cuisine et les locaux des enfants!

Les savoir-faire… en équipe

Votre responsable alimentaire vous mentionne qu’elle manque de temps pour faire son ménage? Elle ajoute qu’elle aimerait bien changer le menu, mais qu’elle n’y arrive pas parce qu’elle a trop de tâches à effectuer? Questionnez-vous et questionnez-là.

Quels sont ses savoir-faire qui l’amènent à être une meilleure responsable alimentaire et quels sont ceux qu’elle aurait intérêt à développer? Par exemple, est-ce qu’elle a tendance à ouvrir 6 petites conserves de tomates au lieu de privilégier une seule conserve, mais plus grosse? Est-ce qu’elle cuisine des aliments qui demandent énormément de manutention, comme des petites boulettes, des biscuits ou des muffins, au lieu de privilégier les préparations dans de grands moules? Est-ce qu’elle possède dans la cuisine tous les instruments pour être efficace dans ses tâches quotidiennes?

Et sur le terrain avec les enfants, est-ce que vos éducatrices et vos éducateurs auraient intérêt à développer certains savoir-faire pour que l’offre alimentaire soit améliorée? Est-ce qu’elles coupent et épluchent elles-mêmes les fruits devant les enfants dans une optique éducative? Est-ce qu’elles acceptent de cuisiner certaines parties du repas avec les enfants pour stimuler leur motricité fine? Et oui… les savoir-faire doivent se développer, se discuter et s’améliorer en équipe… en décloisonnant la cuisine et les locaux des enfants!

Les savoir-être… en équipe

Votre responsable alimentaire possède énormément d’expérience culinaire et c’est pour cette raison que vous l’avez embauchée. Par contre, réussit-elle à bien parler avec les enfants, à répondre à leurs questions, à susciter la curiosité et l’intérêt face à son menu? Plus encore, arrive-t-elle à bien expliquer à ses collègues éducatrices comment présenter l’ensemble du menu adéquatement, comment en parler et quels ingrédients s’y retrouvent? A-t-elle au moins le goût d’échanger et de transmettre sa passion?

Et les éducatrices et les éducateurs de leur côté, voient-elles ou voient-ils les repas comment une simple routine à accomplir ou alors comme un moment privilégié pour stimuler les enfants? Sont-elles accueillantes et accueillants envers la responsable alimentaire lorsqu’elle vient porter les repas? Lèvent-elles ou lèvent-ils le nez sur certains menus devant les enfants et refusent-elles ou refusent-ils de manger avec eux?

Vous me voyez venir hein? Encore une fois… les savoir, savoir-faire et savoir-être de tous, éducatrices et éducateurs, tout comme la responsable alimentaire, doivent se développer en équipe et non seules chacune de son côté. Tout le monde doit comprendre le travail des autres avec leur réalité, c’est-à-dire leurs possibilités et leurs limites. Lorsqu’une équipe en service de garde travaille en solo, le succès est plus difficile à atteindre, au grand détriment des enfants.

Oui, encourageons la discussion et la synergie d’équipe, parce que pour marquer un but, il faut que le « puck » parte de la cuisine et se rendre dans les locaux…

Mélanie Coulombe
Cible Petite Enfance

Lecture intéressante :

Vous avez oublié un produit dans votre panier!

N’oubliez pas de finaliser votre achat avant de nous quitter! Besoin d'aide? Contactez-nous via le clavardage en bas à gauche de votre écran!